Les opportunités et les obstacles d’entreprendre en RDC

Depuis plusieurs mois, le monde entier assiste puissamment au développement des réseaux des passeurs qui se foutent totalement du respect de la dignité humaine. Ces passeurs sont prêt à abandonner en plein désert, les candidats les plus faible sans se soucier de quoi que ce soit. Si pour les plus faibles, leur vie s’arrête dans le désert comme charogne pour les vautours, pour les plus forts, l’histoire prend souvent fin au large de la méditerranée.
Chaque jours, des embarcations de fortune sont arraisonnées par les gardes côtes libyenne ou les secouru par les gardes côtes grec et italiens mais pour plusieurs, les gardes côtes n’ont d’autres choix que de ramasser des corps sans vie de plusieurs candidats à l’immigration clandestine.
Les pays européens semblent vouloir contrôler la situation mais jusque-là, on est loin d’une solution qui dissuade les candidats à l’immigration clandestine. Plusieurs de ces jeunes qui bravent les dangers les plus terrifiants, sont tous à la quête du bien vivre, du bien être etc.
C’est pour tenter d’amener les jeunes à développer leur pays que « AMUKA-Belgique et BFC » voudraient bien échanger avec les jeunes dans le cadre d’une sensibilisation à la lutte contre la ruée des jeunes africains et surtout congolais vers l’immigration clandestine.
Maman Elisabeth MASIKA la coordonatrice #AMUKA_Belgique, a présenté cette situation par la projection des témoignages des clandestins en plein naufrage.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.